du 1 au 5 mars 2022

mar, ven & sam – 20h
mer – 19h
jeu –  14h30 (scolaire)

—–
Création universitaire avec des étudiants de la section Arts de la scène d’Aix-Marseille Université

“La littérature vivante, pour moi, c’est Hélène Bessette, personne d’autre en France. »
– Marguerite Duras

Qui est vraiment Ida ? Et comment a-t-elle osé mourir ?
Ida, l’héroïne de ce roman, est déjà morte, dès la première ligne.
Elle ne vit qu’à travers les paroles de ses employeurs, de ceux qui croisaient son chemin humble et furtif.
Silhouette discrète et tassée par l’âge, Ida était au service de la famille Besson.
Bonne à tout faire. Sa vie se réduisait à son travail.
Ida a été renversée par un camion. Pourquoi a-t-elle passé sa vie à fixer ses grands pieds plutôt que prêter attention au monde qui l’entourait ?
Cette mort brutale entraîne des commentaires. Qui est vraiment Ida ? Comment a-t-elle osé mourir ?
Les phrases s’entrecroisent de façon limpide et assourdissante, construisant un récit amer.
Un univers d’égoïsme, de conventions, de cruauté et d’indifférence dont Ida a été la victime silencieuse et triomphante.

Le travail théâtral sur Ida ou le délire s’inspirera des réflexions et problématiques de trois plasticiens contemporains  :

*Christian Boltanski est reconnu aujourd’hui comme l’un des artistes majeurs de la scène contemporaine. Son œuvre , centrée sur les thèmes de la mémoire, de l’existence et de la disparition, mêle réalité et fiction.

*Fabrice Hyber
L’ensemble de l’œuvre de Fabrice Hyber est conçue sous la forme d’un gigantesque rhizome qui se développe sur un principe d’échos. En procédant par accumulations, hybridations, mutations l’artiste opère de constants glissements entre des domaines extrêmement divers.
Chaque œuvre n’est qu’une étape intermédiaire et évolutive de ce « Work in progress » qui se répand comme une prolifération de la pensée, établissant des liens et des échanges qui donnent ensuite lieu à d’autres articulations sans cesse connectées sur le social, sur le politique…

*Ekaterina Panikanova est une artiste/illustratrice russe née en 1975 qui vit en Italie à Rome.
Sa série de créations monochromes Errata Corrige utilise comme support une mosaïque de livres anciens ouverts et disposés côte à côte. Entre collage, installation et peinture, ses magnifiques oeuvres sont une belle métaphore des souvenirs qui nous façonnent et des expériences morcelées que l’on porte en soi tout au long de notre vie.

« Nous sommes locataires de notre propre corps car toutes les particules qui le composent passeront ailleurs » Philippe Rahm Architecte

– tarifs : de 0€ à 8€
✓ Pass Vitez : entrée libre
✓ Étudiant Pacte’AMU : 3€
✓ Tarif plein : 8€
—–

++ représentation du mer 2 mars suivie d’une rencontre avec Michel Cerda et l’équipe artistique étudiante
—–

texte Hélène Bessette
mise en scène Michel Cerda
avec les étudiants de la section Arts de la scène d’Aix-Marseille Université
© Michel Cerda


Spectacle surtitré – accessible aux personnes sourdes ou malentendantes