Jeudi 19 avril à 20h30

Écrit après la crise des subprimes de 2008, Trust représente des personnages qui ont vécu de plein fouet le krach boursier. Ils ont le souffle court, comme s’il était urgent de tout raconter, avant de retomber une fois de plus. En un an, la valeur argent s’est effondrée. Que reste-t-il alors des autres valeurs ? Amour, amitié, courage, pouvoir, autonomie, réussite… Falk Richter choisit d’aller chercher les échos de ce grand bouleversement à l’endroit de l’intime. Sont ici révélés les bouleversements de la psyché contemporaine à l’heure de l’hégémonie de la pensée économique.

Les personnages dans la pièce sont souvent des corps meurtris, des personnages échoués. L’agression physique, les collisions et explosions des corps, tout est à la fois subi et voulu, jusqu’à devenir une condition du bonheur. En scrutant frontalement la perte de repères au sein du couple, de la famille mais aussi d’une communauté plus vaste, l’auteur déploie avec humour et violence une langue d’après le krach. À bout de force, les corps arrivent enfin à prononcer quelques mots avant de retomber une fois de plus.

[TRUST : un trust est une grande entreprise qui possède des positions fortes, voire dominantes, au sein d’un secteur industriel sur plusieurs marchés proches.
to TRUST : faire confiance à, avoir confiance en, se fier à.]

 

 

L’auteur

 

Falk Richter, né à Hambourg en 1969, est metteur en scène, auteur et traducteur. Il travaille pour de nombreux théâtres nationaux et internationaux. Ses pièces, qui se font le témoin d’une brûlante actualité, sont traduites dans plus de trente langues et sont jouées dans le monde entier. Depuis sa première pièce, il s’intéresse aux processus de contamination du langage. C’est le cas dans Dieu est un DJ (1998), Nothing Hurts (1999), Electronic City (2004). Avec Peace (2000), l’auteur se tourne vers un théâtre plus politique, qu’il poursuit notamment avec Sept secondes/In God we trust (2003) et Hôtel Palestine (2004).

En 2003, Falk Richter lance un projet intitulé Le Système, expérience d’écriture et de mise en scène s’étendant sur plusieurs pièces (Electronic City, Sous la glace) qui dessine un paysage du monde contemporain, de ses paradoxes et de ses valeurs perdues. Le sous-titre en est « notre mode de vie », allusion directe à Georges Bush et à Gerhard Schröder, selon qui l’intervention en Afghanistan défendait  « our way of living », « unsere Art zu leben » (notre mode de vie). Ce projet incarne bien la démarche de l’auteur-metteur en scène Falk Richter : une écriture de plateau, héritière du théâtre post-dramatique, où le travail théâtral et l’écriture se dessinent conjointement. Ces dernières années, il a développé de plus en plus de projets indépendants, s’appuyant sur ses propres textes, en collaboration avec une troupe d’acteurs, de musiciens et de danseurs. Avec la chorégraphe Anouk van Dijk, il crée plusieurs projets qui fondent une nouvelle esthétique en reliant texte, danse et musique de façon particulière : Nothing Hurts, Trust, Protect me, Ivresse et Complexity of Belonging.

De Falk Richter
Cie La Paloma, Marseille

Mise en scène : Thomas Fourneau
Distribution : Rachel Ceysson, Marion Duquenne, Marc Menahem, Clémentine Ménard et Fabien Grenon

Création vidéo : Thomas Fourneau
Écriture chorégraphique : Hélène Rocheteau
Encadrement des ateliers amateurs : Rachel Ceysson, Thomas Fourneau et Hélène Rocheteau
Costumes : Geoffrey Coppini

Production : Elyane Buisson
Coproduction : Théâtre Joliette Minoterie

Tarifs : 16 / 8 / 4 €

Spectacle suivi d’un bord de plateau animé par Catherine Teissier, Maîtresse de conférences en langues et littératures germanique.