Mardi 8 mars 2016 à 19h00

Au cœur d’une famille attachée au respect des traditions, Braises expose les bouleversements nés de l’éveil amoureux qui embrase l’adolescence. Deux sœurs, Leila et Neïma, sont confrontées au poids de la filiation et au respect du mode de vie incarné par leurs parents, appartenant à la première génération d’immigrants. Emportées par les premiers émois amoureux, elles nous tendent en miroir leur quête libertaire de femmes en devenir. Tantôt basculant de la naïveté à la gravité, tantôt chavirant du rire aux larmes, Braises nous livre leur histoire, à la fois publique et privée, humaine et sociétale.

En cette période où les notions de genre font l’objet de débats houleux, la compagnie Artefact revient à cette mission première du théâtre : permettre, à travers la fiction, de s’identifier aux autres pour s’interroger soi-même. Porté par des comédiennes de talent, Braises compose un théâtre capteur
de notre époque qui tisse des fragments de vie dans un flux qui est celui même du temps. Pour cette nouvelle création, la compagnie poursuit son exploration d’un langage scénique pluridisciplinaire, fortement inscrit dans l’utilisation des nouvelles technologies.

Montée de l’extrême droite, intégrisme religieux, xénophobie, racisme, homophobie, haines, désolidarisation… La crise véhicule des peurs ataviques. Des peurs à l’origine d’enfermements divers. La peur, le repli sur soi, l’isolement rompent les liens humains, sociétaux, familiaux, territoriaux. L’exploration menée a vocation à renouer le lien profond entre les êtres, quelque soit leur appartenance. Et pour ce, elle se doit d’inventer de nouvelles voies : être foncièrement participative, immersive, fédératrice, généreuse.
Philippe Boronad

Le théâtre Antoine Vitez a noué un partenariat avec le master « rédacteur professionnel » d’Aix-Marseille Université. Les étudiants ont assisté à la représentation et nous livrent les exercices de style que cette expérience leur a inspirés. Voir les textes écrits A propos de Braises.

En voici quelques extraits…
« En arrière-plan, la jeune fille, Leila, s’habille pour son mariage. L’autre sœur n’est pas là pour ce jour si particulier ? Et le père ? Tout est lourd, tendu. Un ton de lumière jaune réchauffe à peine ce grand vide individuel qui enserre chaque personnage. Neïma, la sœur, n’est pas là parce qu’elle ne peut pas y être. Voilà tout le nœud de la situation. Entre elle et sa sœur, c’est le mur de la honte. Neïma a choisi la liberté. Leila a choisi de rester. Tout est dit. Rien n’est dit. Neïma a payé. » Myriam Lequeux, Mercis

« Ces femmes sur scène sont présentes et absentes comme des êtres qui s’étreignent, comme des flammes qui s’éteignent. Elles sont chacune les miroirs de mémoires à inclination variable. Chacune porteuse de traditions à prolonger, de transitions incertaines. » Christophe Delahaye, Flammes à inclinaison variable

« Je suis le reflet de deux sœurs se déchirant entre amour et haine. Je ne suis qu’un simple miroir, je ne peux agir ni prononcer le moindre son. J’ai été le témoin passif de ces événements. Tous les sons déchirants, je les ai entendus : les claquements de porte, les cris, les pleurs et le silence. Surtout le silence. C’est un son qui déchire tout sur son passage. » Hugo Gaillard, Silence de glace

A partir de 13 ans
Durée : 1h
Le spectacle sera suivi d’une rencontre avec le metteur en scène et les actrices.

En partenariat avec la Biennale des écritures du réel, organisée par le Théâtre La Cité, à Marseille

Cie Artefact, Ste Maxime
Mise en scène : Philippe Boronad
Texte : Catherine Verlaguet, éditions Théâtrales 2014
Jeu : Leila Anis – Manon Allouch – Aïni Iften
Scénographie : Philippe Maurin
Création vidéo : Nicolas Helle et Armando Menicacci
Création musicale, conception système sonore : Nicolas Déflache
Flûtes enregistrées : Leonardo Garcia
Création lumière : Nicolas Helle
Régie générale : Vincent Salucci
Régie vidéo : Nicolas Helle
Régie son : Vincent Salucci

Coproducteurs : La Tribu (PACA) // PôleJeunePublic – scène conventionnée (Toulon Provence Méditerranée) // Théâtre de Grasse – scène conventionnée // Scènes & Cinés – Théâtre de l’Olivier (Istres) // Espace Boris Vian – scène conventionnée (Les Ulis) // Scène Watteau – scène conventionnée (Nogent-sur-Marne) // L’ONYX – scène conventionnée (Saint Herblain).
Soutiens : artefact est conventionnée par le Conseil Régional Île-de-France, soutenue par le Conseil Général de l’Essonne et le Conseil Général du Var. La Distillerie – lieu de création théâtral d’Aubagne, Ville de St Herblain. Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’ADAMI.