Mardi 25 mars 2014 à 20h30

Exposition de la « valise-livre de l’exil » de Catherine Ricoul dans la roulotte à partir de 19h30.

Mardi 25 mars à 20h30

Durée > 1h20

Cie Cinétique, Paris
Écriture Françoise Lepoix
Mise en scène : Françoise Lepoix en collaboration avec Nicolas Fleury
Aide à la recherche, conseil historique et traduction : Hélène Roussel
Dramaturgie : Isabelle Rèbre
Scénographie et costumes : Nicolas Fleury
Son, musique et lumière : Stan Valette
Avec : Françoise Lepoix, Aurélie Youlia et Stan Valette

Production Cie Cinétique
En co-production avec : Espace 1789 – St Ouen et Théâtre Les Bambous, scène conventionnée de Saint-Benoît – La Réunion.
Avec l’aide à la production du Ministère de la Culture DRAC Ile de France et le soutien de RAVIV : mutualisation des lieux de créations et de répétitions. Avec l’aide à la diffusion d’Arcadi.

Lauréate du programme “Villa Médicis Hors les Murs” de CULTURES FRANCE, Françoise Lepoix a résidé à Berlin de septembre 2009 à janvier 2010.

Alors que l’Allemagne célébrait les 20 ans de la chute du mur de Berlin, la ville amorçait une nouvelle ère et se dessinait, à coup de grands travaux, un nouveau visage. L’Allemagne réunifiée veut tourner une page, et l’Europe avec elle.
Mais ceux qui ont vécu, de près ou de loin, cette Allemagne communiste ont encore des choses à nous dire. C’est pour les entendre que Françoise Lepoix est partie à Berlin, rencontrer des femmes et des hommes qui ont connu cette Allemagne et qui la décrivent. L’histoire qu’ils racontent, c’est autour de la figure d’Anna Seghers qu’elle se construit. Cette femme a connu les espoirs et les souffrances de toute une génération, elle est une des premières à les avoir transcrits dans ses livres. A travers le portrait d’Anna Seghers,  de multiples questions sont soulevées : Qu’est-ce que c’était, le communisme réel ? Qu’est-ce que c’était, être une artiste dans un pays comme la RDA ?
L’idée pour Françoise Lepoix, à travers ce théâtre documentaire, à travers ces rencontres était de trouver un écho à ses propres questions. Il s’agit d’évoquer une époque, une lutte, des valeurs, de faire retour sur une vie pour savoir sur quoi et à partir de quoi nous pouvons construire le futur à travers la figure d’une artiste. C’est bien de construction de soi aussi dont il s’agit, d’une femme en miroir avec une autre femme.

Qui est Anna Seghers ?
19 novembre 1900 Mayence – 1er juin 1983 Berlin
Netty Reiling naît en novembre 1900 dans une famille bourgeoise, juive de Mayence.
1920, elle entreprend des études à Heidelberg ; cette université est alors un lieu ouvert sur le monde. Elle y rencontre Laszlo Radvanyi et choisira de faire un doctorat sur les juifs et le judaïsme dans l’œuvre de Rembrandt.
1925, elle signe Seghers une première nouvelle et décrit le milieu ouvrier dans Jans va mourir.
1928, elle reçoit un grand prix littéraire, le Prix Kleist et entre au parti communiste allemand et à l’Union des écrivains révolutionnaires prolétariens.
1933, à l’arrivée d’Hitler au pouvoir, juive et communiste, elle fuit en France. Elle y participe aux activités antifascistes des exilés allemands. C’est là qu’elle écrit La Septième croix, un grand roman sur les camps d’avant-guerre et la résistance en Allemagne. Elle trouvera ensuite refuge au Mexique avec sa famille.
Après guerre, Anna rentre à Berlin et s’installera quelques années après à Berlin-Est.
1952, elle est élue Présidente de l’Union des écrivains et aura une place importante dans l’appareil politico-culturel. Pourtant, très vite arrive l’époque glaciaire, la solidification du fonctionnement étatique.
Nul ne pourra dire pourquoi cet écrivain, marquée par la résistance à la barbarie et mue par l’espoir d’une société plus juste, restera jusqu’à la fin dans un pays qui depuis longtemps avait trahi toutes ses valeurs.

Télécharger le dossier de presse