Théâtre Antoine Vitez

La fiction et le document / Saison 19-20

Archives du mois de juillet 2014

Les Vexations

mardi 15 juillet 2014
La dramaturgie du spectacle mêle des textes qui témoignent de notre héritage théâtral comme Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, Les caprices de Marianne d’Alfred de Musset ou encore Elle de Jean Genet, des textes surréalistes dont les œuvres de spectacle d’Isidore Isou et la langue contemporaine de Koltès (La marche, Lettres, La nuit juste avant les forêts). C’est à travers le travail de plateau que la dramaturgie de la composition globale est repensée et mise à l’épreuve.

Mur-Mur (de brique et de son)

mardi 15 juillet 2014
Entrée libre. A partir de 7 ans. Instruments traditionnels, objets sonores, voix et dispositifs électroniques offrent à l’oreille un voyage plein de surprises pour prendre plaisir à écouter, à goûter la vie du son, à sentir comme il nous touche, comme il nous enveloppe, comme il nous fait rêver.

20ème Festival 3 jours et plus

mardi 15 juillet 2014
Spectacles des ateliers de pratique théâtrale amateurs organisés par le Théâtre Vitez, Pratik Teatr et l’Université.

Randonnée en terre beckettienne

mardi 15 juillet 2014
Diffusion vidéo de « Quad », une des pièces télévisuelles de Beckett. « Cette fois », un dramaticule de Samuel Beckett. Diffusion Vidéo de "Film", écrit par Samuel Beckett, et interprété par Buster Keaton.

7ème Festival des Bahuts

mardi 15 juillet 2014
Programmation de spectacles montés dans les collèges et lycées partenaires du Théâtre Antoine Vitez.

Cendrillon

mardi 15 juillet 2014
A partir de 9 ans. Décapant le conte ancien et le dépouillant jusqu’à l’os, avec humour et profondeur, Joël Pommerat réinterroge l’initiation cruelle que s’inflige « Cendrier », une jeune fille en deuil, dans sa nouvelle famille « recomposée ». Un Cendrillon éminemment moderne, où il serait question de l’usage de la mémoire et de l'oubli, pour renaître au monde, dans la fleur de l’adolescence…

Autopsie

mardi 15 juillet 2014
Tout commence par un entraînement, une méthode américaine, nous dira-t-elle. Elle s’entraîne sur la scène d’un théâtre, à moins que ce soit son appartement, pour finir en héroïne de cabaret au rythme d’un playback. Un homme tourne autour de la comédienne qui n’a de cesse de s’entraîner à jouer. Il la coiffe, la maquille, la dirige dans ses déplacements, il est Lovbörg, son amant, son mari, son père, le metteur en scène, la mort, elle-même…