Mardi 9 mars 2021 à 20h00
Mercredi 10 mars 2021 à 19h00
Jeudi 11 mars 2021 à 14h30
Vendredi 12 mars 2021 à 20h00
Samedi 13 mars 2021 à 20h00

Création universitaire avec des étudiants de la section Arts de la scène

À partir de la pièce : Le Mariage du polonais Witold Gombrowicz, Christelle Harbonn propose de défricher le premier des trois actes pour mettre en lumière les révélations mystiques d’un soldat de la 2nd guerre mondiale. Cette fresque onirique nous invite à nous interroger sur nous-même et sur nos propres réalités. Illuminé et insensé !

– – – – – – – – – – – – – –

Texte de présentation de Christelle Harbonn, metteure en scène :

Le Mariage de Gombrowicz est une pièce en trois actes, qui met en scène le rêve ubuesque d’un soldat de la seconde guerre mondiale, lequel reconstitue et déforme son foyer familial en Pologne.

Dans un univers qui semble tomber en ruine, les scènes se succèdent comme par évaporation, les personnages et les objets, au gré des nécessités pulsionnelles du protagoniste principal, Henri, changent de psychologie et de formes.

Démiurge de son rêve-cauchemar, traqué par différents « moi », Henri « immunise » provisoirement ceux qui lui sont vitaux : il les rend « intouchables », au gré de couronnements et de tentatives de mariage, dans un grand tourbillon insolite, cruel, drôle et absurde.

La pièce de Gombrowicz est un terrain de jeu magnifique, qui fragmente le réel, déplace les modes de perception et ouvre à une multiplicité d’imaginaires.

Le travail sur la pièce va nous permettre une exploration de différentes représentations théâtrales du rêve, essentiellement à travers deux outils :

– La langue et ses différentes formes proposées par Gombrowicz
– Les tableaux scéniques, qui s’entrechoquent ou glissent sans cohérence apparente, sinon celle du rêveur.

Il s’agit ici de travailler essentiellement sur le premier acte de la pièce, et de proposer une recherche au plateau à l’aune de cette indication de Gombrowicz lui-même. Sur la scène, “Le Mariage” doit-il apparaître tel un Sinaï chargé de révélations mystiques, nuage gros de mille significations et qu’ébranle le travail de l’imagination et de l’intuition, Grand Guignol riche en jeux futiles, mystérieuse “Missa solemnis” célébrée au tournant des âges, au pied d’un autel anonyme.

Tarif : 8€
PACTE’AMU : 3€
Pass Vitez : entrée libre
– – – – – – – – – – – – – –

++
Représentation du 10 Mars suivie d’une rencontre avec Christelle Harbonn et l’ensemble de l’é
quipe artistique étudiante

– – – – – – – – – – – – – –

mise en scène Christelle Harbonn
d’après Le Mariage de Witold Gombrowicz
traduction Koukou Chanska et Georges Sédir
©DR

 

Spectacle surtitré – Accessible aux personnes sourdes et malentendantes
Création universitaire avec des étudiants de la section Arts de la scène