Mercredi 27 novembre 2019 à 19h00

Lecture-violoncelle

Valère Novarina dévoile les liens mystérieux qu’il entretient avec la langue hongroise depuis sa tendre enfance. Il s’associe au violoniste et improvisateur, Mathias Lévy, qui travaille depuis longtemps sur l’œuvre de Béla Bartok, pour faire danser les mots aux croisements du souffle et des cordes.

VALERE NOVARINA

Valère Novarina est un auteur de théâtre, essayiste, metteur en scène et peintre franco-suisse, né le 4 mai 1942 dans la banlieue de Genève. Son théâtre permet de reprendre conscience que le langage n’est pas une chaîne de concepts mécaniques mais un fluide, une danse, une matière vive. Il invoque les mots, explore le langage, véritable matière qui comble le vide scénique et donne corps aux personnages. La force de son écriture, l’originalité et la puissance de sa pensée, en font le successeur d’Antonin Artaud et un des dramaturges contemporains les plus importants.

MATHIAS LEVY

Diplômé du Conservatoire de Raincy, Mathias Lévy se consacre principalement au jazz, qu’il décide de jouer au violon, son instrument de prédilection à partir des années 2000.
Il se produit dans le monde entier avec son groupe de jazz acoustique Caravan Quartet et participe à de nombreux projets dans les styles les plus variés (Emmanuel Bex, Vincent Peirani, The Do, De La Soul, Catherine Ringer, Zaz…) Il joue et compose aussi pour le théâtre (Alain Sachs, Michel Didim, Nora Krief, Valère Novarina) et pour le cinéma (l’Empire des loups, Liberté de Tony Gatlif, À ciel ouvert de Mariana Otero). Il tourne actuellement avec son projet Hommage à Grappelli et travaille entre autre à un projet sur le compositeur « Béla Bartok » et un nouvel album de compositions.

Une langue inconnue a été publié aux éditions Zoé. Une deuxième version de ce texte est également publiée dans L’Envers de l’esprit, chez P.O.L, sous le titre  Une langue maternelle incompréhensible.

 

+
VALÈRE NOVARINA : UN PARCOURS
du 30 août au 29 novembre 2019 à Aix-en-Provence et Marseille
en collaboration avec le cipM et le Théâtre Joliette, Scène conventionnée art et création expressions et écritures contemporaines

exposition des dessins de Valère Novarina « Les Figures pauvres »
du 30 août au 12 octobre 2019 au cipM – centre international de poésie marseille
07 septembre : vernissage
12 octobre, en clôture : lecture de Valère Novarina

L’animal imaginaire
Vendredi 29 novembre à 20h et samedi 30 septembre à 19h au Théâtre Joliette
Le peintre – poète – metteur en scène Valère Novarina et convoque neufs comédiens et un accordéoniste complices pour sa nouvelle création. Un voyage au cœur de la langue novarinienne.

+
Avant plateau
vendredi 29 novembre à 18h au Théâtre Joliette,
conversation avec Valère Novarina animée par Louis Dieuzayde, Maître de conférences en esthétique théâtrale
en partenariat avec La Maison du Théâtre – AMU

+
Projection film documentaire
samedi 30 novembre à 17h au Théâtre Joliette,
projection du documentaire Ce dont on ne peut pas parler, c’est cela qu’il faut dire de Raphaël O’Byrne, 2002

Le Plateau
Jauge réduite – réservation fortement conseillée

Violon Mathias Lévy
Voix Valère Novarina
Production : L’union des contraires

Secrétariat d’auteur Sidonie Han
Production/diffusion Séverine Péan & Emilia Petrakis (PLATÔ)
L’Union des contraires est soutenu par le Ministère de la Culture – DRAC Île-de-France.

Dans le cadre de Valère Novarina : un parcours
En partenariat avec le Théâtre Joliette, Scène conventionnée art et création expressions et écritures contemporaines (Marseille), la section Arts de la scène d’Aix-Marseille Université et le CipM