Mercredi 13 février 2019 à 20h00

Construit à partir de la figure de l’objecteur donnée à voir dans l’œuvre de Michel Vinaver, Le Pas de Bême raconte l’histoire d’un adolescent qui, bien que tout à fait intégré et adapté à son environnement, bien qu’aimé de sa famille et de ses amis, bien que bon élève à l’école, rend des feuilles blanches à la fin de chaque devoir sur table.

Le spectacle est une exploration des conséquences de l’objection chez Bême lui-même, et dans son entourage. Qu’est-ce qui peut mettre en doute les modèles auxquels nous sommes le plus attachés? A quoi sommes-nous tous, dans un accord tacite, le plus attachés? Nous tous, qui faisons le spectacle ou qui le regardons. Qu’est-ce qui, en chacun de nous, appelle au changement, et qu’est-ce qui le retient ?


L’Objecteur.
Ce texte date de 1951 et raconte le cas d’un jeune militaire, Julien Bême, qui un jour, lors d’un exercice, s’assoit simplement et pose son fusil au sol. Il refuse d’obéir, sans associer à son geste aucune revendication ou aucun discours. Ce geste n’est pas prémédité, peut-être même pas voulu. Simplement, il a lieu. Le roman raconte la perturbation causée par cet évènement, chez son auteur et dans son entourage, à tous les niveaux de la société dans laquelle il vit. L’objection décrite par Vinaver est singulière. Elle n’est pas l’objection de conscience, elle est autre chose qu’une rébellion. Elle témoigne d’une opacité, d’une incapacité de son auteur à obéir. Elle est liée à l’intégrité physique et en cela, elle produit un point de contact électrique entre l’intime et le politique.

Salle LE CUBE

Durée 1h
Tarif 16 / 8 €

Suivi d’un bord de plateau animé par Danielle Bré, déléguée à la coordination artistique du théâtre Vite.

Compagnie Théâtre Déplié
Mise en scène et écriture d’Adrien Béal
Collaboration avec Fanny Descazeaux
Jeu et écriture d’Olivier Constant, Charlotte Corman et Étienne Parc
Jeu et écriture à la création de Pierric Plathier
Lumières de Jérémie Papin

Avec l’aide de l’Onda
Avec le soutien de Lilas en scène, l’Echangeur de Bagnolet, La Colline -théâtre national, l’Atelier du Plateau.
 Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France, dans le cadre des Plateaux solidaires.Ce spectacle bénéficie de septembre 2016 à août 2018 du soutien de la Charte d’aide à la diffusion signée par l’Onda, Arcadi Île-de-France, Culture O Centre, l’OARA, l’ODIA Normandie, Réseau en scène – Languedoc-Roussillon et Spectacle Vivant en Bretagne.