Mardi 28 mai 2019 à 17h30 Lectures étudiants
Mardi 28 mai 2019 à 19h00 Moby Dick
Mardi 28 mai 2019 à 21h30 Münchhausen ?
Mercredi 29 mai 2019 à 19h00 La Cerisaie
Mercredi 29 mai 2019 à 21h30 Le Suicidé
Jeudi 30 mai 2019 à 19h00 Je veux parler de la jeunesse qui tombe
Jeudi 30 mai 2019 à 21h30 Manque
Vendredi 31 mai 2019 à 18h30 Merlin ou la Terre dévastée
Vendredi 31 mai 2019 à 21h30 La Résistible ascension d'Arturo Ui
Samedi 1 juin 2019 à 19h00 Histoire du tigre
Samedi 1 juin 2019 à 21h30 Son excellence

Pour tous les étudiants, nous vous informons que nous n’avons plus de places du dispositif du pacte AMU. Nous en sommes désolés.

Le Festival Trois jours et plus… jeune théâtre amateur, accueille les spectacles créés dans les ateliers de théâtre amateurs organisés par Pratik Teatr, l’association des étudiants en Arts de la scène d’Aix-Marseille Université, le théâtre Antoine Vitez et Aix-Marseille Université sur le campus Schuman. Il accueille deux spectacles invités.
Dans le cadre des 70 ans de L’Arche Editeur, le festival programme des œuvres de son catalogue.
(L’Arche Editeur est une maison d’édition spécialisée dans le théâtre contemporain ainsi qu’une agence théâtrale.)

Lire les éditos

Mardi 28 mai

Lectures
17h30 – Au niveau 0 du Bâtiment du Cube
Durée : 45 min

Les étudiants de la filière « écriture dramatique », sous la direction de Arnaud Maïsetti, proposent des extraits de leur pièce écrite pendant l’année.
Avec : Antoine Aresu, July Bourges-Santoro , Elise Frierchaix , Anika Pichon , Floriane Tual

La fin est proche (titre provisoire) d’Antoine Aresu
Si je ne savais pas où aller d’Elise Frierchaix
Le métro, t’as juste à descendre les escalators (titre provisoire) Anika Pichon
Palimpseste de Floriane Tual

Moby Dick – 19H00
Durée : 1h15

Texte Herman Melville – Adaptation théâtrale Fabrice Melquiot – Mise en scène Théo Rocamora
Avec Elyes Absi, Morgan Adou, Elena Alonso, Alice Balique, Alix Cunin, Alexandre Fondacci, Stéphane Gavaudan, Matthieu Lebreton, Lila Myriam, Sabri Nasr, Mathilde Patou, Fabienne Pobedinsky, Paula Quijano, Claire Sebahoun, Hanna Sevennec, Adrien Steil, Julien Vaubert, Ambre Vila

« Un bateau peut voguer. Mais le mot bateau peut-il en faire autant ? J’aimerais voguer sur le mot bateau. Et sur le pont du mot bateau, regarder voguer d’autres bateaux qui ne seraient pas que des mots. » Entrez dans l’histoire du monstre d’Herman Melville, réadapté par Fabrice Melquiot, pour redécouvrir l’histoire du capitaine Achab, arpentant les océans à la recherche de son obsession, la mythique et maudite bête : Moby Dick, la baleine blanche. Embarquez sur le Pequod, à la découverte d’un équipage de 18 conteurs curieux et attachants qui n’attendent que vous.

 

Münchhausen ? – 21h30
Durée : 1h

Texte Fabrice Melquiot – Mise en scène Colin Schweitzer
Avec Ambre Balleroy, Ismaël Boina, Maya Defaye, Lisa Desonche, Sarah Giraudot, Sébastien Linka,
Chamsia Mahamoudou, Jean-Baptiste Monneton-Kyouti, Alexandre Peter-Berberich, Tom Reve, Alexandre Vaquer, Anaïs Veautier

Fabrice Melquiot rend visite au personnage extravagant qu’est le Baron de Münchhausen ? dans une pièce touchante, nous racontant l’histoire d’un fils à la recherche de sa mère, et dont le père se prend pour le célèbre baron du folklore allemand. Des pets qui sentent la fraise des bois et qui emmènent en voyage ; une vendeuse à mi-temps du nom de « Elle » ; une chercheuse, sculptrice sur bois ; un ami complètement bloqué dans son adolescence… Ces rencontres plus improbables les unes que les autres font l’essence de de ce texte, lequel emprunte une forme enfantine pour aborder le sujet, parfois sensible, des relations père-fils.

 

Mercredi 29 mai

La Cerisaie – 19h
Durée : 1h

Texte Anton Tchekhov – Mise en scène Matteo Duluc
Avec Abel Abaris, Mathilde Albay, Quentin Baine, Alexandra Bayle, Loris Bernada, Lorena Boureille, Caitlin Dailey, Laurie Denise-Marguin, Louisiana Denniger, Zeki Durna, Capucine Ibarlucia, Victor Lagier, Charmiane Langeron, Intissar Moanna, Jacques Norigeon, Pauline Parinaud, Thomas Picciola, Kellian Tosoni, Floriane Tual, Lucille Stamm, Dorian Sulimovic

À travers le regard tendre et multiple de figures tour à tour incarnées puis distanciées, notre Cerisaie se met à exister. Elle émerge dans l’édifice même du théâtre. Les acteurs sont des êtres du présent dont l’insertion dans le monde est en risque et en déséquilibre. Ils vivent une pause temporelle au sein de laquelle se prépare la tempête euphorique du changement.

Le Suicidé – 21h30
Durée : 1h30
Atelier de l’Université du Temps Libre – spectacle invité

Texte Nikolai Erdman – Mise en scène Valérie Hernandes
Avec Roland Bagnon, Yves Baltet, Marie Burgat, Anna Corbel, Odile Corpet Turpin, Michèle Cyffers, Bernard De Acala, Odile Dragon, Yves Ferrandez, Anne Fourdrin Pic, Marie-Françoise Grandcler, Jean Loup Meunier, Pierre Pena Porta

Un appartement communautaire où vont se croiser Simon, son épouse, sa belle-mère, des voisins, des amis, et de nouvelles relations très, très, très concernées… Par leur propre intérêt. Simon, un chômeur, se réveille en pleine nuit et ne se doute pas qu’un minuscule événement de sa vie quotidienne va avoir des répercussions catastrophiques. Tout cela se passe au début du XX° siècle de la Russie stalinienne mais résonne cruellement dans notre société narcissique actuelle du « parce que je le vaux bien ! ». Entre le drame satyrique de Nikolaï Gogol et le théâtre de l’absurde, cette farce acide valut longtemps à son auteur, Nikolaï Erdman, d’être censuré et interdit au pays des soviets.

 

Jeudi 30 mai

Je veux parler de la jeunesse qui tombe – 19h
Durée : 50 min

Texte Stéphanie Lupo – Mise en scène Manon Berger

Traduction Génia Cannac et Georges Perros

Avec Sohila Boukazoula, Mélissa Cugnet, Méryl Donadey, Ambre Donzelli, Jason Giglione, Anne Kondolas, Joachim Wijas

« (…) La question de l’héritage me hantait. Je commençais à mener des recherches dans l’histoire des mouvements du XXème siècle. Les moments de rassemblements hors normes qui avaient eu lieu notamment dans les années 50-60 me fascinaient. Je regardais ces manifestations pré-révolutionnaires comme des actes extraordinaires. J’analysais cette histoire comme la formation graduelle d’un cercle. A la fin des années 60, ce cercle avait fait événement en s’agrandissant de manière impensable et insensée, mais à partir de ce même moment, ce cercle n’avait cessé de se désagréger. » Stéphanie Lupo

Manque – 21h30
Durée : 1h15

Texte Sarah Kane – Mise en scène Alice Marcaggi – Assistante à la mise en scène Catherine Chazel
Traduction Évelyne Pieiller Avec Tigwen Aubin-Lijour , Léo Barret, Estelle Bataille, Quentin Bossy, Charline Dipaolo, Assia El Khamali, Marine Giliberto, Nazik Manvelyan, Samantha Pardon, Julie Rebinguet, Laurine Thach, Jnyana Vadiavaloo

« Manque » de Sarah Kane, nous livre un récit presque abstrait de quatre personnages désignés uniquement par des lettres, A, B, C et M. Cette pièce est composée essentiellement de réflexions de ces personnages, dont les trajectoires indépendantes et individuelles sont parfois amenées à croiser celles des autres. A, B, C et M demeurent jusqu’au bout des personnages plutôt mystérieux ; bien que la lecture attentive de la pièce nous apporte quelques éclairages sur leur rapport au monde. Leurs paroles abordent les dimensions de l’amour, de la mort, de la violence, de la dépression et du manque.

 

Vendredi 31 mai

Merlin ou la Terre dévastée – 18h30
Durée : 1h30

Texte Tankred Dorst – Mise en scène Chloé Letemple – Traduction Hélène Mauler et René Zahnd
Avec Emma Angot, Ismaël Boina, Théotime Bourgeois, Jimmy Brossard, Amandine De Peretti, Milan Dinparast, Néo Dupont, Ilouna Gleyze-Mirot, Cécile Guikas, Léa Henry, Benoît Herve, Alizée Lebon, Lisa Leprete, Mathias Meyer, Garance Ogrotzyky, Emeline Papinot, Martin Postzich, Marion Puget, Mélina Stylianoudakis

«Merlin raconte une utopie avortée.  L’utopie d’une République des Conseils, pacifique et humaniste, écrasée dans le sang. » révèle Tankred Dorst au cours d’un entretien sur l’écriture de sa pièce. Sous ses apparences de conte comique, de fable fantastique, d’épopée merveilleuse dans laquelle évoluent les chevaliers mythiques de la Table Ronde, Merlin nous parle, toujours avec ironie et distance, d’une réalité violente et tragique. Cette réalité du monde s’exprime au sein même de son titre : la Terre est une Terre « dévastée ». Un texte d’une résonance et d’une actualité frappantes dans ce début de siècle mouvementé qui annonce un avenir trouble et inquiétant.

La Résistible ascension d’Arturo Ui – 21h30
Durée : 1h50

Texte  Bertolt Brecht – Mise en scène Guillaume Giaccone
Traduction Hélène Mauler et René Zahnd
Avec Vera Arhippairen, Alexy Artaud, Mathéo Calvo, Teddy Crozatier, Deniz Denlu, Loris Genty, Yoami Mahdjoub, Léa Moisdon, Paul Martin, Nikita Nagel, Lucia Nourry, Mallaury Rochette, Yan Son Tarnat, Nina Webert

Arturo Ui, chef minable d’une bande de gangsters du Bronx, parvient à s’imposer par la terreur comme « protecteur » du trust du chou-fleur à Chicago. Il est prêt à tout pour contrôler le cartel et neutraliser le peuple par la manipulation et la violence.
Le texte procède d’un sourire irrésistible, trompeur et manipulateur ; et d’un comique qui n’est pas dénué d’effroi dans le goût des histoires de foire. Les répliques fusent et frappent, incendiant tout sur leur passage, s’auto-détruisant elles-mêmes dans une fumée de paillettes américaines. Il est des résistibles ascensions passées, nécessaires à ne jamais oublier, pour mieux repérer celles qui pourraient survenir.

 

Samedi 1er juin

Histoire du tigre – 19h
Durée : 1h

Texte Dario Fo – Mise en scène Marine Gregori – Traduction et adaptation Toni Cecchinato et Nicole Colchat
Avec Kevin Antoine, Eva Ballin, Violette Fillaudeau, Marine Hummel, Mathilde Kostus, Suzanne Olden, Thibault Saddier

L’auteur italien Dario Fo nous offre par son coup de plume une surprenante Histoire du tigre qui puise sa source dans un conte populaire chinois. Récit d’entraide entre l’homme et l’animal, opposition entre Mao Tsé-Toung et Tchang Kaï-chek, guerre et astuces pour survivre, voilà comment je résumerais cette pièce. Dans une tension entre distance comique et empathie, cette performance rythmique, bruitée et synchronisée, est l’aboutissement d’un travail qui réunit sept jeunes amateurs en herbe.

Nous tenons à remercier chaleureusement les ayants droits de nous avoir permis de donner cette unique représentation, dans une version à plusieurs acteurs.
Et ce, de manière tout à fait exceptionnelle, dans la traduction-adaptation de Toni Cecchinato et Nicole Colchat.

Son excellence – 21h30
Durée : 1h30
Compagnie Sevdim, spectacle invité

Texte Naguib Mahfouz – Mise en scène Youssra Mansar – Scènographie Caitlin Dailey
Régie Arthur Lavieille – Avec Lorena Boureille, Lucie Cagnard, Caitlin Dailey, Matteo Duluc, Zeki Durna, Victor Lagier, Coralie Romero

Adapté du roman égyptien Son Excellence (1975) de Naguib Mahfouz, prix Nobel arabe, traduit (2006) par Rania Samara. Le spectacle donne à voir un «Othman» serviteur de l’Etat zélé dont la dévotion religieuse ne peut s’exprimer que dans l’accomplissement d’une carrière, il y sacrifie toute son existence. Animé par ce seul objectif, il ne s’intéresse aucunement aux changements politiques et sociaux qui s’annoncent. Cette tragédie non de dénuée de comique, concerne bien d’autres sociétés et donne à lire l’aliénation au pouvoir.

Tarifs : 5 € par spectacle / 7 € la soirée de 2 spectacles

Gratuit pour les étudiants d’Aix-Marseille Université grâce au PACTE’AMU
en mentionnant votre numéro de carte étudiant dans l’espace commentaire de la page de réservation du site internet et en vous présentant 30min avant le début du spectacle muni de votre carte étudiant.