du 11 au 14 avril 2019

Ce festival accueille huit compagnies amateures du territoire d’Aix-Marseille.
Dates à définir.


Nez quelque part
,
Compagnie Les nez en plus, de Gardanne.
On ne sait pas d’où ils viennent ni qui ils sont…
Mais ils marchent depuis trop longtemps… Quelque peu perdus mais pleins d’espoir, ils cherchent un endroit où aller… Peut-être l’ont-ils trouvé ? Peut-être sont-ils enfin au bout du voyage ?


Bovary,
Compagnie Les Électrons Flous, du Puy Sainte Réparade
Le cœur de Flaubert bat dans ses personnages et les comédiens virevoltent d’un rôle à l’autre pour partager avec les spectateurs un voyage au cœur du roman, du procès et surtout de la fascination qu’exerce toujours Emma, une femme moderne et désirante, victime de la censure sociale et symbole de nos aspirations à la liberté.
Le texte de Tiago Rodrigues s’attaque aussi à l’idée même de la censure d’Etat, en offrant une version à la fois contemporaine du procès que le premier roman de Flaubert suscita en 1857 pour immoralité, et très proche de la réalité puisque Flaubert lui-même paya un sténographe pour laisser une trace de ce procès et montrer la stupidité de son temps.


14 Juillet
, Compagnie L’Aparté, de Calas
La prise de la Bastille vue par celles et ceux, les presque anonymes, la plèbe parisienne, dont il ne reste que le nom sur le registre de l’Histoire. C’est l’anti-Michelet : le sang, le tripou, les événements à hauteur d’homme, sublime et dérisoire, comique et pitoyable, loin de la légende, loin de la glorification officielle d’une République en mal de héros.

 

Zuleika, Compagnie Les Caquetants, de Ventabren
Dans un petit village de France touché par la crise arrive une richissime étrangère. Venue pour se venger au soir de sa vie, elle proposera au village sa richesse pour mettre en œuvre sa revanche.

 

Le Malade Imaginaire, Compagnie La Cabre d’Or, de Gignac-La-Nerthe
L’image d’Epinal veut un malade entouré de… médecins, de seringues et autres instruments de torture. Mais au-delà du portrait de l’hypocondriaque, la compagnie La Cabre d’Or va nous montrer un Argan persuadé d’être maître chez lui alors que dans le dos de ce tyran domestique se nouent maints complots, farces et intrigues. Bien occupé à croire qu’il maîtrise tout, il ne devine pas les ficelles dont l’entoure la maisonnée au complet. C’est ce personnage, colérique, têtu, influençable, naïf, crédule, qui constitue l’axe de cette farce, au-delà du lien qu’il veut instaurer avec la médecine, en opposition totale sa santé florissante !


Occident Express
, Compagnie Les Ritourn’elles, de Ventabren
En 2015, une vieille femme a fui Mossoul avec sa petite-fille de 4 ans. En tout, elle a parcouru 18 000 kilomètres, de l’Irak à la Baltique, à travers ce qu’on appelle « la route des Balkans ». Ceci est son incroyable histoire.
A partir de cette histoire, Stefano Massini écrit le monologue de Haïfa, qui raconte son voyage, un long poème dramatique entrecoupé de dialogues.


Le Voyageur sans bagage
, L’Atelier du Courant d’Air, de Marseille
Promené de famille en famille à la suite d’une amnésie provoquée par la grande guerre, Gaston, devenu riche malgré lui grâce à ses arriérés de pension, retrouve par étapes dix-huit ans plus tard chez les Renaud des moments de sa vie antérieure. Seulement, plus les révélations s’accumulent jusqu’à la découverte ultime, plus le divorce s’accuse entre l’être qu’il fut et l’être dont il avait rêvé. Sur ce canevas, Jean Anouilh compose une pièce forte autour des thèmes de la mémoire, du passé, de la société bourgeoise, de la nostalgie de la pureté et de l’enfance, thèmes qui s’installent définitivement dans son œuvre.


Les Hauts et les Bas
, Compagnie No Mad’s Land, d’Aix-en-Provence
Un jour de canicule et de matches de foot, le fantôme de Pâris rend visite à Roméo et Juliette, amants devenus vieux. Grand amateur de foot comme Roméo, le fantôme de Pâris hante la chambre des vieux amants le jour où son équipe la « Stradford upon Avon » rencontre la « Verona » de Roméo. Visible seulement aux yeux de Juliette, il veut tout à la fois tenter de reconquérir Juliette et affirmer sa supériorité sur un Roméo au bout du rouleau.

Salle LE CUBE

Tarif unique 5 €

Nez quelque part, Compagnie Les nez en plus, de Gardanne.
Mise en scène Patricia Maudru

Bovary de Tiago Rodrigues d’après le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert et le procès de Flaubert.
Mise en scène de Catherine Suty avec le soutien du collectif.
Avec Florence Démurger, Bernard Guerrand, Vanessa Perez, Catherine Suty, Henri Tessandori
Durée 1h30

14 juillet d’Eric Vuillard, mise en scène de Laurent Kiefer.
Avec Marie-Odile Amoulet, Pierre-Yves Amoulet, Evelyne Boudin, Pascal Bouvier, Alain de Fournoux, Veronica Hidekel, Christine Rambert, Agnès Tennevin, Isabelle Stioui
Durée 1h15

Zuleika de Renée Doumergue.
Mise en scène de Jacques Clément assisté de Kathia Saïdi
Bobine : Kathia Saïdi
Eloi : Jean-Yves Maurel
Filoche : Valérie Brigot
Imogène : Michel Boye
Luc : Hugo Reig
Lucien : Jean-François Cloarec
Lucienne : Martine Denimal
Zuleika : Marie-Laure Comushian

 

Le Malade Imaginaire de Molière
Mise en scène de Frédérique Montali
Argan : Christopher Favier
Toinette : Alexandra Valero
Béline : Sophie Lopez
Cléante et le notaire de M.Bonnefoi : Yves Warton
Angélique : Karine Pierini
Dorimène : Monique Donato
Thomas Diafoirus : Bruno Lepers
Diafoirus : Robert Monno
Docteur es Faculté : Jo Guglielmetto

 

Occident Express d’après Stefano Massini
Mise en scène de Nanouk Broche
Traduit par Federica Martucci et Olivier Favier
Avec Odile Bonnel, Catherine Chaud, Mimi Giordano
Musicienne : Arlette Iandolo

 

Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh. Mise en scène d’Eve Lamarche.

Les Hauts et les Bas d’Annie Lachmanowits
Durée 30 minutes
Mise en scène d’Annie Lachmanowits avec l’aide du collectif
Avec Annie Lachmanowits, Laurent Hoebeke et Alain Fournier