Mercredi 13 mars 2019 à 20h00

C’est la Phèdre ! est une fête. Mais c’est une fête des morts comme on n’en voit qu’au Mexique. On va voir Phèdre mourir comme un taureau en Espagne.

Le jeu maintient une grande intensité : on joue sur l’avant-scène, fortement, sans crier jamais, mais avec autorité, les yeux rivés sur le public. La musique sert de partenaire, de coryphée, crée un décor sonore. La batterie cavale, donne une pulsion tribale et primaire, porte le comédien. À travers la mythologie de ces héros grecs, l’engagement, l’écoute de leurs partenaires et de la salle, les acteurs se dévoilent, s’exposent.

En collaboration avec un poète-dramaturge, la fonction du chœur a été repensée. C’est un spectateur tantôt curieux et tantôt lyrique, qui bondit hors de son siège, puis se tapit dans l’ombre à plusieurs reprises, cousant un fil imperceptible entre la salle et la scène. Il nous inclut dans le tourbillon, nous pousse encore davantage à nous pencher sur cet abîme ouvert par l’énergie.

Salle LE CUBE

Durée 1h20
tarif 16 / 8 €

Représentation suivie d’un bord de scène animé par Béatrice Charlet-Mesdjian, Maître de conférence, et Carine Ferradou, Agrégée Docteure, spécialistes de la littérature latine de la Renaissance à AMU

Texte de Thibaud D’Abbesses, d’après Phèdre de Sénèque
Compagnie Les Bourlingueurs
Mise en scène de Jean Joudé
Avec Théo Chédeville (Thésée), Maïa Foucault (la nourrice), Lucie Grunstein (Phèdre) Sipan Mouradian (le messager), Isis Ravel (le chœur) et Loris Verrecchia (Hippolyte)
Musique Les Minotaures : Clément Cliquet
(batterie), Grégoire Letouvet(piano, guitare, voix)
Avec l’aide du JTN