Mardi 17 octobre 2017 à 15h00 Carnet d'automne
Au Centre social et culturel La Provence, Aix en Provence
10 Boulevard du Maréchal Juin, 13100 Aix-en-Provence (voir le plan)

 

A la fin du IVème siècle de notre ère, une patricienne romaine âgée de cinquante-et-un ans consigne sur des tablettes de buis une sorte de journal qui fait écho à notre époque et à son ambivalence par rapport au quotidien : en avoir besoin en même temps que s’y ennuyer. Elle aime l’or, la grandeur des parcs et les barques plates qui passent sur le Tibre. Elle aime les hommes, l’odeur et la politesse du plaisir. Elle aime boire. Autour d’elle ses proches meurent et l’empire romain vacille, mais elle, lucide et aveugle à la fois, laisse tomber les jours comme des feuilles mortes. Divertissement tendre fait d’alternance de textes et de chansons.

 

Scénario

Trois femme d’âges divers mais de plus de cinquante ans. L’une joue du piano, l’autre chante, la troisième feuillette un agenda, grignote, se fait les ongles, se fait masser les cheveux. Comme toujours au théâtre, elles, Apronenia et ses servantes intimes, sont sans l’être, presque des amies. Cet agenda, est-ce le sien? On l’a déjà dit, c’est ambigu. En tout cas, elle le lit avec complicité et distance comme si c’était celui d’une sœur disparue…Toutes les trois, c’est comme si elles avaient convié les spectateurs à un thé. En tout cas, ils sont en visite, ils peuvent avoir l’impression de connaître ces femmes et d’être connus d’elles. Ce sont des voisines avec qui on vient prendre l’air du temps, douceâtre, un peu immobile, mais agréable. Ni trop chaud, ni trop froid, ni état de grâce, ni désespérance. On est occupé à une nostalgie gourmande ou règnent plus que jamais sensualité et instinct de vie. Aucune plainte, aucune aigreur, aucun remord. La politesse des sentiments !

 

Pascal Quignard

Le Mercure de France publie son premier essai, consacré à Sacher Masoch, en 1969, mais il faudra Le Salon du Wurtemberg en 1986 puis Les Escaliers de Chambord en 1989, pour révéler Pascal Quignard au grand public. Il a enseigné à l’université de Vincennes et à l’École pratique des hautes études en sciences sociales. Il a fondé avec le président François Mitterrand le festival d’opéra et de théâtre baroque de Versailles.

Pascal Quignard a collaboré longtemps aux éditions Gallimard (lecteur extérieur à partir de 1969, puis membre du comité de lecture en 1976 et enfin en charge du secrétariat général du service littéraire, en 1990). En 1994, il a démissionné de toutes ses fonctions, pour se consacrer uniquement à son travail d’écrivain. Il déclare alors «Je suis plus heureux d’être libre et solitaire». Le prix Goncourt 2002, obtenu pour Ombres errantes, a été perçu comme le couronnement d’une œuvre à mi-parcours.

Au Centre social culturel La Provence, Aix en Provence
10 Boulevard du Maréchal Juin, 13100 Aix-en-Provence
Voir le plan

D’après Les Tablettes de buis d’Apronenia Avitia de Pascal Quignard Editions Gallimard

Divertissement parlé et chanté

Adaptation et Mise en scène : Danielle Bré
Assistanat : Mathieu Cipriani
Jeu : Danielle Bré
Chant : Josette Lanlois
Accompagnement Piano : Marie Claire Trébor

Coproduction In Pulverem Reverteris / Opening nights

Tarifs : 8/4€