Vendredi 10 janvier 2014 à 19h00 l'hôtel des deux mondes
Vendredi 10 janvier 2014 à 21h00 passages
Samedi 11 janvier 2014 à 19h00 Funérailles d'hiver
Samedi 11 janvier 2014 à 21h00 Tendre et cruel
Dimanche 12 janvier 2014 à 19h00 D'un retournement l'autre
Dimanche 12 janvier 2014 à 21h00 la dernière bougie
Lundi 13 janvier 2014 à 19h00 Vagues souvenirs de l'année de la peste
Lundi 13 janvier 2014 à 21h00 Après la pluie
Mardi 14 janvier 2014 à 19h00 12 jurés en colère
Mardi 14 janvier 2014 à 21h15 Le marionnettiste de Lodz
Mercredi 15 janvier 2014 à 19h00 Guitry - Courteline
Mercredi 15 janvier 2014 à 21h00 Les pas perdus

Du 10 au 15 janvier 2014

Tarif unique : 2 €

Vendredi 10 janvier à 19h
L’hôtel des deux mondes
de Eric-Emmanuel Schmitt – 1h40 
Mise en scène : Jean-Marc Vidal
Avec : Carine Salenson, Jacques-Olivier Poetto, Eric Herr, Benoît Galiani, Arlette Robert,
Fabienne Fernandez, Christelle Careddu
Cie La Colline douce (de Coudoux)

A l’hôtel des deux mondes, aucun client ne sait comment il est arrivé, ni quand il repartira. Dans ce lieu étrange où tout est possible se déroulera une saisissante histoire d’amour et d’espoir.
Un spectacle émouvant, tendre, sensible, étoilé par l’humour si particulier d’E.E. Schmitt, qui pose avec brio quelques questions essentielles : que faisons-nous vraiment de notre vie ? Sommes-nous bien sûrs de savoir en apprécier chaque seconde ?

Vendredi 10 janvier à 21h
Passages
– 35 minutes, petit forme sur le thème de notre saison

Mise en scène : Jacques Clément
Avec
: Odile Bonnel, Catherine Chaud, Mireille Giordano, Jacques Hurtevent
Cie Les Ritourn’elles (de Ventabren)

Cartes postales d’ ici et d’ ailleurs, images d’un monde si lointain et si proche, si divers et si uniforme.
Pourquoi partir ? Retrouver des émotions, fuir le quotidien, découvrir, rencontrer ?
L’ailleurs est-il cet endroit enchanté dont on a rêvé ?

Samedi 11 janvier à 19h
Funérailles d’hiver de Hanokh Levin – 1h20
Mise en scène :
Bernard Colmet
Avec :
Brigitte Chevallier, Anne-Paule Hergault, Jacky Maccotta, Caroline Moggi, Véronique Raimond, Samantha Wertz, Didier Gosse, Philippe Laurent, Jean-Marc Nougier
Cie Les Maskarons (de Saint Cannat)

Un conte cruel et fantastique où deux familles, voulant fuir une mauvaise nouvelle, un décès, pour sauver un événement heureux, un mariage, se dévoilent dans leur égoïsme le plus féroce, enjambant des cadavres pour atteindre un but finalement dérisoire.
Au fil de situations de plus en plus folles, Lévin invente une forme de tragi-comédie moderne, mélange de provocation, d’humour et de poésie, mais aussi de cruauté et de compassion pour le genre humain.

Samedi 11 janvier à 21h – petite forme créée sur le thème de notre saison
Tendre et cruel (extraits)
de Martin Crimp – 30 minutes, petite forme sur le thème de notre saison
Mise en scène : Chantal Inizan
Avec : Véronique Thomas, Katia Magloire, Elise Lucas, Christine Drevet, Eloïne Bottereau, Florian Delrue, Jean-François Bonemère, Guy-Marie Gautier
Cie La Nacelle en Luberon (de Pertuis)

Tragédie contemporaine inspirée des « Trachiniennes » de Sophocle.
Dans la chambre d’hôtel d’un aéroport, Amélia attend depuis plus d’un an son mari, le Général parti en mission pour éradiquer le terrorisme. Mais est-ce la seule raison ? Elle va tenter de le faire revenir. Entourée de ses gens, plusieurs messagers viennent lui rendre visite : un journaliste, le ministre de la guerre accompagné de deux enfants dont une très jeune femme. Intrigues, mensonges et jeu de pouvoir.

Dimanche 12 janvier à 19h
D’un retournement l’autre de Frédéric Lordon – 1h35, à partir de 12 ans.
Mise en scène :
Claire Prati
Assistante :
Anne Barreau
Musique :
Gaëlle Le Lamer
Avec :
Christian Bizon, Franco Berardi, Nelly Esposito, Patrice Fanni, Lydie Grussy, Solange Guerrini-Brisse, Caroline Laborde, Julie Lorenzi, Julien Paul, Jean-Baptiste Rabouin
Cie Théâtre de la Grimace (d’Aix en Provence)

Cette pièce est un O.V.N.I.
C’est une comédie en alexandrins classiques, dans une langue délicieuse.
C’est un contenu des plus contemporains : la crise financière arrivée en France en 2008.
Voilà déjà de quoi faire des étincelles. Banquiers ventrus, président-roi, ministre sinistre, conseillers, ces personnages burlesques nous retracent la genèse de cette crise privée devenue aujourd’hui… notre dette publique.
Et on comprend tout ! En tout cas l’essentiel. Et on se marre, tellement c’est drôle et scabreux à la fois. Et nous voilà de plus en plus atterrés…

Dimanche 12 janvier à 21h
La dernière bougie,
adaptation du roman de Mohamed Aldiwari – 1h10
Adaptation et Mise en scène : collégiale sous l’œil avisé et les conseils d’Hervé Reboulin
Musique, chœur antique : Cécile Cormeraie, Céline Lopez
Avec : Guillaume Chapuis , Hervé Reboulin, Marylène Allaire, Marie Annick Carré, Olivier Porcher , Olivier Jumeaux , Solène Basthard-Bogain, Arnaud Vervialle
Création lumière et régie : Jean Luc Demunck
Cie Lez’Ensoleillés (de Lambesc)

1983.
Hani vit ses rêves de jeune garçon dans la bande de Gaza.
Jacob, jeune poète Parisien, suit sa famille pour s’installer définitivement en Israël.
Hani et Jacob ne se connaissent pas. Pourtant, ils se croisent et se côtoient dans leurs rêves.
Ces deux jeunes garçons vont grandir, aimer et vivre, dans un monde hostile où peu de place est laissée à la femme lucide, aimante, soumise.
Ces deux jeunes hommes seront rattrapés par la guerre et le fanatisme parce que nés de part et d’autre d’un mur qui fait saigner une même terre.

Lundi 13 janvier à 19h
Vagues souvenirs de l’année de la peste
de Jean-Luc Lagarce – 1h25
Mise en scène : Stéphane Lafaille
Avec : Marie-France Bedoyant, Quentin Delplanque, Emmanuelle Schelfout, Gilles Melchior, Bernadette Delplanque, Mermoz Melchior, Cléo Sagit
Cie Les Rest’capés (de Puyricard)

Début du 20ème siècle ou hors temps ? Plusieurs personnes issues de castes sociales très différentes se retrouvent dans un campement improvisé, au milieu d’affaires abandonnées sur la route, lors de la fuite des Londoniens. La peste, « maladie pestiférante entre toutes » fait rage en Angleterre. A travers les dires de chacun, les pièces du puzzle vont s’assembler pour nous révéler une sorte de famille où la singularité de chacun est exhibée.

Lundi 13 janvier à 21h
Après la pluie
de Sergi Belbel – 1h35
Mise en scène : Jean-Marc Vidal
Avec : Sylvie Juramy, Françoise Lestavel, Nelly Martin, Xavier Milland, Ruben Moro, Anna Morisset, Jean-Christophe Pastré, Florence Veyrier.
L‘Atelier de création des Quatre Dauphins (d’Aix en Provence)

C’est sur le toit de l’immeuble de leur entreprise, haut lieux de la finance, que les employés viennent braver l’interdiction de fumer, comme un soupçon de liberté arraché à l’univers cadré, voué à la performance et l’efficacité. On verra défiler secrétaires, programmeur, directeur ou coursier qui diront leurs angoisses, leurs frustrations, leurs désirs, dans une folie douce. D’autant qu’il n’a pas plu depuis deux ans et que cette attente exacerbe les tensions. Et si la pluie revient, cela changera-t-il quelque chose ?

 

Mardi 14 janvier à 19h
12 jurés en colère
d’après Reginald Rose – 1h50
Aide à la mise en scène : Claire Prati
Cie Les Karambar’s (d’Aix en Provence)

Douze jurés sont réunis pour délibérer à l’issue d’un procès dont l’accusé est un adolescent de 16 ans inculpé pour parricide. Les preuves manquent mais les témoignages sont graves, précis et concordants. S’il est reconnu coupable, le jeune homme sera condamné à mort. Onze jurés sur douze votent « coupable ». Un seul s’oppose à ce verdict et explique son veto, analyse les témoignages et décortique les contradictions. Peu à peu le doute s’installe dans les esprits et abolit les certitudes.

Mardi 14 janvier à 21h15
Le Marionnettiste de Lodz
de Gilles Segal – 1h20, non adapté aux jeunes publics
Mise en scène
: Jacques Clément
Comédiens : Jean-François Cloarec, Martine Denimal, Jean-Michel Guieu, Jean-Marc Poupinaïs
Musiciens : Aziz Boumediene, Norbert Gauthier, Manon Maurin
Régie son : Patrick Grussy
Lumières : Jean-Maurice Spinosi
Cie Les Caquetants (de Ventabren)

Nous sommes en 1950. Finkelbaum, Juif évadé des camps, ne veut pas entendre que la guerre est finie.
Enfermé dans un grenier, il prépare son prochain spectacle de marionnettes sur sa propre vie. Mélange subtil d’humour et parfois très drôle, une pièce empreinte d’amour, de poésie et de tragédie.

Mercredi 15 janvier à 19h
« Guitry – Courteline
 » – 1h10
Mise en scène : Nadine Brusquet
Avec : Aurélie Antal, Philippe Chomienne, Nadine Brusquet
Cie Lamouraire (d’Aix en Provence)

Une paire de gifles de Sacha Guitry (1939)
De badinage amoureux en manipulation sentimentale, le ton monte et les claques tombent.

Madame Badin d’après Georges Courteline (1897)
Les états d’âmes d’une fonctionnaire trop souvent absente, convoquée par sa directrice en vue d’une démission.

On passe dans 8 jours de Sacha Guitry (1922)
A huit jours de la première représentation, c’est l’effervescence, tout est prêt… mais… si on changeait la comédienne principale ?


Mercredi 15 janvier à 21h
Les pas perdus
de Denise Bonal – 1h15
Mise en scène
: Sylvie Joly
Avec : Nora Checchy, Grégory Delaune, Paul Fabre, Antonio Garcia, Delphine Masson, Sabine Masson, Clément Medjroubi, Gilles Paché, Jacqueline Richard-Cardona, Kathia Saïdi
Création lumière : Fabrice Fosty
Création son : Antonio Garcia
Cie Léonie (d’Aix en Provence)

« Lieu des au revoir et des adieux, lieu aux histoires meurtries, aux décisions décousues, aux envols vainqueurs, lieu de toutes les souffrances, de toutes les interrogations et de tous les espoirs, lieu des larmes chaudes et des serments hâtifs, lieu des derniers sourires, des paroles qu’on n’oubliera jamais et des baisers donnés pour la vie, voici la gare. La gare déclinée sous toutes ses formes, de la plus banale à la plus inattendue, grouillante d’humanité. Une multitude de trajectoires individuelles juxtaposées par la magie du théâtre. » (Denise Bonal)

Télécharger le visuel en haute définition