Jeudi 7 février 2013 à 20h30

Jeudi 7 février à 20h30

d’après Grégoire Bouillier
Mise en scène Matthieu Cruciani
AVEC :
Pierre Maillet : Grégoire, batterie.
Eléonore Du Bois – Jouy : Marie Blanche, clavier, chœur.
Matthieu Desbordes : Nicolas, piano, guitare, batterie, leader charismatique.
Création lumière, régie générale : Ronan Bernard
Scénographie : Marc Lainé
Costumes : Claire Raison
Ateliers décor et costumes : La Comédie de Saint-Etienne
Production déléguée : la Comédie de Saint-Etienne – Centre Dramatique National
Coproduction : Compagnie The Party
Photo : Jean-François Raveyre

L’AUTEUR
Il a fallu que Grégoire Bouillier atteigne la quarantaine pour juguler ses angoisses sur le papier. Une mise à nu sans aucune complaisance. Encore moins de suffisance. Dépouillée et percutante.
Au rythme fluctuant de la mémoire, l’auteur pêche ses souvenirs de bric et de broc, sans chronologie, et tente de comprendre qui il est. Drôle de mère, drôles de parents, drôle d’enfance « heureuse » décrits avec sobriété et concision, comme il convient à un rapport. Pressentant que « l’histoire se répète d’une manière caricaturale », Grégoire Bouillier fouille à la manière psychanalytique les retentissements des jeunes années sur l’âge adulte. Les faits sont poignants, les relations avec la mère, le père, le frère, effrayantes, le constat lugubre.
N’y aurait-il pas d’issue ? Et quel serait le sens de la vie s’il n’existait, en parallèle de cet amoncellement de calamités, certains petits bonheurs inouïs ? Ceux que les femmes, par exemple, sont à même de procurer. Étonnement devant la saveur douce-amère de l’existence que Grégoire Bouillier résume en une formule éblouissante : « l’absolu dégingandé de la vie ».

LE SPECTACLE
J’ai souhaité ajouter un contrepoint à la narration littéraire de Rapport sur moi. Pour tendre le jeu, pour jouer de perspectives et de distances, pour créer de la surprise. Nous avons donc ajouté de la fable à la fable, imaginant la vie d’un groupe de rock, The Klongs, dont les répétitions constituent l’activité principale, ainsi que la matière première de notre spectacle. Et Grégoire, personnage et narrateur, fait partie de ce groupe. C’est comme un cross over, le personnage d’un livre s’invite dans une autre fiction.
Pour donner vie à ce groupe, je me suis inspiré des dialogues d’un documentaire retraçant les aléas du groupe de speed métal Metallica pendant les 700 jours de création d’un de leurs albums. Et c’est en clandestin, paradoxalement, que s’invite Rapport sur moi dans «son propre spectacle». Grégoire, est ici le batteur du groupe, discrètement amoureux de la pianiste (qui n’en sait rien, bien sûr), et un peu jaloux du leader charismatique (cheveux longs et guitare, fatalement).

Voir les critiques des étudiants de Magistère Journalisme et Communication des Organisations d’Aix-Marseille Université

Pour en savoir plus… Le site de la Comédie de Saint-Etienne
Le site du théâtre des Lucioles

Télécharger le dossier de presse

Télécharger la photo 1 de Jean-François Raveyre
Télécharger la photo 2 de Jean-François Raveyre