du 6 au 7 mai 2010 à 20h30 et 19h

jeudi 6 mai à 20h30
vendredi 7 mai à 19h
Atelier de création de l’Université de Provence
tarif : 8 euros / entrée libre avec le laissez-passer

d’après Agamemnon d’Eschyle

lecture spectacle mise en scène par Nanouk Broche

Avec des étudiants des cursus théâtre de l’Université de Provence
Assistante à la mise en scène : Elise Pettigrew
Avec Abdallah Mohammed Abdou, Margaux Borel, Elie Chapus, Angeline Deborde, Sara Formosa, Clara Gay, Romain Haering, Morgane Lacasse, Pierre Levy, Blanche Le Liepvre, Sabine Vasseli
Chargée de la communication : Fiona Cosson
Régie : Emmy Faure

On pourrait lire Agamemnon comme une série de titres somptueux, ou en faire un petit poème :

Et d’abord ce qui est beau
Il y a la mer, et qui l’épuisera ?
Les princes lumineux, étoiles magnifiques dans l’éther
Quand j’occupe ce lit dérivant dans la nuit
L’angoisse attend en moi d’entendre quelque chose couvert de nuit.
La chose en est là où elle est maintenant
L’Erinye fait payer plus tard
Ces mots-là, un silence les aboie
Clytemnestre sort.

La lecture peut être l’occasion de faire entendre, éclatés, certains fragments d’Eschyle, dégagés de la fable et des situations, et le rapport au monde étrange et paradoxal du poète.
C’est aussi l’occasion pour des acteurs/lecteurs d’incarner du sens, des sons et des rythmes sans passer par l’identification à des personnages. Le travail avec les musiciens devrait les sensibiliser à cette approche.
Mais comment négliger la fable ? Et les contradictions angoissées du chœur ? Laisserons-nous de côté cette histoire grandiose et sordide, de guerre, de cannibalisme, de meurtres d’enfants et de conjugalité triviale ?
Peut-être glisserons-nous le récit d’un héraut ou d’une Cassandre qui passe (l’histoire est bien racontée quatre ou cinq fois dans les tragédies grecques). Peut-être les lecteurs se prendront-ils au jeu des personnages ? Tout cela dépendra du cours des répétitions, et du montage que nous ferons avec les acteurs et les musiciens dont l’atelier est centré sur l’improvisation.
Le titre provisoire dit la contradiction et le mensonge, le rapport heurté des mots, des sons et du silence. Soit le point de départ de ce projet, qui associe la musique contemporaine à une tragédie grecque. La suite je ne l’ai pas vue et ne la dis pas. Ce travail est pour moi complètement nouveau. J’ai monté Agamemnon il y a une dizaine d’années. C’est une pièce magnifique et redoutable. Elle a été choisie en accord avec Jean-Marc Montera, musicien et directeur du Grim/Montevideo qui participe à ce projet.
Nanouk Broche

Une version musicale, avec les étudiants de musique dirigés par Jean-Marc Montera donc, sera proposée le 29 mai à Montevideo (Marseille) dans le cadre du Festival Architectures contemporaines.
Une lecture sera présentée également à la bibliothèque de Cucuron (le 20 mai à 20h30) et à la bibliothèque de Simiane.