du 18 au 20 novembre 2009 à 19h00 et 20h30

mercredi 18 novembre à 20h30
jeudi 19 novembre à 19h
vendredi novembre à 20h30

Atelier de création de l’Université de Provence

Mise en scène : Agnès Régolo

Pathelin: Andrada Apann, Aulne Jouin, Batiste Martin et Florian Onnéin
Guillemette: Clémentine Essayan et Fanny Merit
Le drapier : Benjamin Baudvin, Michaël Bouhadiba et Fabien Hintenoch
Le juge: Anne Bouchard
Le berger : Sofy Jordan
Assistantes mise en scène :Alice Buquet et Annabelle Hanesse
Costumes : Lise Lardon
Régis : Félix Doullay
Scénographie : Julie Familiar-Cano et Alice Kopp
Communication : Charlotte Roveto et Marion Sauton

En partenariat avec le CIELAM, à l’occasion du colloque international « Les arts et les lettres en Provence au temps de René d’Anjou : analyses, rayonnement, mémoire » et de la célébration du 600ème anniversaire de la naissance de René d’Anjou et de la création de l’Université d’Aix.

La Farce de Maître Pathelin est une suite de ruses et de fraudes faisant ricochet, donnant le double plaisir de voir tromper un trompeur et, pour les contemporains du roi René, d’y reconnaître en filigrane quelques personnalités de ses cours d’Aix et d’Angers. Bruno Roy

La Farce de Maître Pathelin est une joyeuse école de friponnerie universelle, une suite de ruses et de fraudes faisant ricochet, sans autre morale que le plaisir de voir tromper un trompeur. La pièce refuse toute position morale : les personnages présentés sont de réjouissantes canailles, et maître Pathelin, avocat sans cause, l’est plus encore que tous les autres réunis.

La Farce de Maître Pathelin est une pièce, souvent considérée comme anonyme, composée à la fin du Moyen Âge, vers 1460. Cette pièce constitue le meilleur et l’un des plus anciens chefs-d’œuvre du théâtre comique médiéval. Bien qu’elle puise de toute évidence ses sources dans les fabliaux et farces antérieurs, elle est souvent considérée comme la première pièce comique de la littérature française

Extrait
« Pathelin : Salut, quatre fois moins que rien ! Racine carrée de zéro ! Plus petit commun détrousseur ! Gros raboteur de mesure et petit ratiboiseur de long ! -Mon addition, ma fraction, mon petit cube chéri, viens frotter ta circonférence à mon splendide périmètre- Que ta grande puanteur soit rectifié par saint Alambic! Dégage sans demander ton reste!
Le Drapier [ébahi] : Comment arrive-t-il à faire toutes ces opérations?
Guillemette : Il eut un parrain polytechnicien. À trois ans, il prenait sa première tangente, mais il est à la dernière extrémité.
Le Drapier : Sainte mère, voici la plus incroyable histoire qui me soit arrivée! Je ne me serais jamais douté qu’il n’eût été tantôt à la foire.
Guillemette : Vous le croyiez?
Le Drapier : Absolument. Mais je vois qu’il n’en était rien.