du 17 au 18 mars 2009 à 20h30

Mardi 17 & mercredi 18 mars à 20h30
En co-programmation avec les ATP d’Aix-en-Provence
Main dans la main De Sofia Fredén
Compagnie Le cabinet vétérinaire, Paris

Main dans la main narre les aventures de cinq jeunes gens à Stockholm. Citadins, ils sont en plein dans notre société de l’argent roi. Tout s’achète, même les sentiments. Un monde dur, cynique, où les concessions se marchandent. C’est la règle du plus fort quand la question centrale reste « être ou ne pas être exclu ».

Main dans la main brosse le portrait d’une jeunesse perdue, marginalisée par la société, et qui constate avec effroi qu’elle est dans une impasse. Ils sont tous à la recherche d’un toit, d’une vie plus confortable et pour cela ils sont prêts à tout. « La règle ici c’est la survie ».
Ainsi, un jeu de massacre débute. Allan, Nina, Aron, Peter et Nadja volent, squattent, mentent, brûlent, pillent, se vendent et se mutilent pour obtenir ce bien si précieux. Ils veulent tout, tout de suite et les
moyens usités sont souvent extrêmes.

-Les situations sont surréalistes, car poussées à leur paroxysme, sans jamais aller vers l’invraisemblable.
L’alliance de situations surréalistes et de paroles quotidiennes permet de provoquer un véritable décalage
qui apporte à cette atmosphère démentielle, une ironie redoutable au rythme endiablé.
-L’écriture est nerveuse, délirante et percutante, les huit voix forment une véritable polyphonie qui
souvent se transforme en cacophonie, car aucun personnage ne cherche à s’écouter et encore moins à se
comprendre. Il faut noter également une certaine cruauté dans la parole car aucune parole jamais n’arrive à
s’extraire d’une quelconque valeur marchande, et surtout pas les sentiments amoureux.

Traduction : Gunilla Koch de Ribaucourt avec la collaboration d’Aziz Chouaki
Mise en scène : Edouard Signolet
Scénographie : Laurianne Scimemi
Scénographie et costumes : Sarah Lefèvre
Réalisation des costumes : Elise Guillou
Avec Geoffroy Barbier, Amaury de Crayencour, Nicolas Gaudart, David Gérard, Lionel Laget, Ludovic Lamaud, Neta Landau, Véronique Lechat, Anne-Lise Main, Alys-Yann Schmitz et Jean-Luc Vincent Administratrice de Production : Florence Bourgeade

Coproduction Cie Le cabinet vétérinaire, Théâtre Ouvert, ARCADI.
Avec l’aide à la production de la DRAC Ile-de-France Le concours de la Mairie du XVIIIe, de l’Université Paris X – Nanterre, le soutien de France Culture et du CFA des comédiens et la participation artistique du Jeune Théâtre National.

site des ATP d’Aix-en-Provence

Revue de presse

« Les comédiens réinventent sans réalisme aucun, mais pourtant une désopilante vérité, les heurs et malheurs d’une nouvelle société errante, avide de se poser, de se re-poser. Avec rien, juste des costumes pleins d’inventions, et une insolente présence à vue sur le plateau, cette jeune troupe-là crie et rie le monde. »
Fabienne Pascaud, Télérama

« un état des lieux aussi des lieux aussi drôle que glaçant, qui cible une génération apparaissant comme décérébrée à force de devoir s’accorder aux pratiques d’une société d’où toute humanité semble avoir disparu. Ayant fait ses premières armes sur les plateaux d’opéra, Edouard Signolet fait coup double en signant avec brio sa première mise en scène et en nous faisons découvrir l’écriture pleine d’humour d’une auteur dont on n’a pas fini de parler, tant son discours aussi cauchemardesque qu’horripilant est juste et salutaire. »
Patrick Sourd – Les Inrockuptibles

« en transformant le plateau de théâtre en un plateau de jeu de société, le « je » de ses personnages pions nous apparaît dans toute sa fragilité, tellement inconscient des règles qui régissent sa place et de qui ou quoi lance les dés. drôle de jeu, hilarant et saignant. »
les coups de coeur de M. Guy, France inter