du 13 au 16 janvier 2009 à 19h00 ou 20h30

Du mardi 13 au vendredi 16 Janvier
Mardi 13 et vendredi 16 à 20h30
Mercredi 14 et jeudi 15 à 19h00

Cie « Soleil Vert », Marseille
Un projet de Laurent de Richemond

Un jour en évoquant mes précédents projets quelqu’un m’a fait la remarque qu’ils avaient tous l’air d’être comme « un laboratoire de la condition humaine ». Je ne suis pas un scientifique (je me suis toujours positionné en tant qu’artiste) et pourtant, j’ai ce sentiment de vouloir placer mon rapport au théâtre comme la science-fiction se place dans la littérature.
En tant que questionnement et aussi comme principe actif, outil, éclairage, point de vue… voire virus
contaminant peu à peu le champ du réel, constituant un système permettant d’appréhender, de dire le monde.

« Mon Corps Est Nul » se situe dans la continuité d’un travail sur « la parole comme principe de vie » initié lors du spectacle « La voix souterraine » d’après Dostoïevski et radicalement affirmé dans la Performance « Paroles d’insectes » (3e Performance du projet « Tout doit Disparaître »).

Pour ce nouveau projet, je veux continuer de creuser ce sillon, continuer à questionner une parole viscérale et détachée de toute volonté de communication
Je veux faire exister un territoire artistique singulier propice à l’affirmation d’un état d’être irrémédiablement parlant
Je veux jouer avec l’idée de la parole comme d’un phénomène vital au même titre que la respiration.
Une idée de la parole détachée de tout effort volontaire, de toute décision…
Une parole en fuite…
Un glissement du « je parle » vers un « ça parle »
Bref, la seule nécessité de devoir se constituer et de s’affirmer en tant qu’ « être parlant »
Le rêve d’une communauté, d’une socialité absolue, d’un partage de race, d’un sentiment d’espèce…
L’orgueil d’être rare, de se sentir la possibilité d’être en voie de disparition
Comme une espèce rare à protéger absolument…
Je veux continuer ce travail de la confusion et de l’épuisement à travers la mise en scène d’êtres perdant toute notion de séparation entre parole et pensée, entre voix intérieure et voix communicante…

Écriture : Arno Calléja
Avec :
« Les Parleurs » : Jocelyne Monier, Pascal Farré, Paul-Emmanuel Odin
« La Muette » : Barbara Sarreau
Création Sonore : Virgile Abela
Création Décors : Guillaume Amiard
Création Lumière, Construction et Régie : Thomas Moch
Coproductions : Soleil Vert / Association Pile et Face (Marseille), Théâtre Antoine Vitez, 3bisF, lieu d’arts contemporains
Avec le soutien de la Ville de Marseille